Seringues, sondes d’inséminations, déchets cytotoxiques, … Pas question de les jeter avec les ordures ménagères classiques. La gestion de leurs déchets de soins et à risques infectieux doit respecter diverses réglementations. Faites confiance à des professionnels pour la collecte et la destruction des ordures issues des activités de soins et assimilés.

Contacter une entreprise spécialisée en collecte des DARSI

Les déchets d’activités de soins à risques infectieux, connus sous l’acronyme DASRI, désignent les matériels médicaux usés perforants ou coupants. Il s’agit des seringues, des lancettes, des lancettes et aussi des cathéters avec aiguille. Ces objets peuvent être blessants et infectieux pour l’entourage du malade.

Si vous avez ces types de déchets, faites appel à un dasri collecte de votre région. Il existe des entreprises qui opèrent dans la récupération et l’élimination des DASRI. Certaines enseignes sont même capables de recycler ces articles de soins usés. Trouvez en ligne les conditions liées à la collecte de ces déchets. Pour cela, il est nécessaire de passer un coup de fil ou à écrire un mail pour obtenir des informations importantes. En attendant, la meilleure solution pour la collecte de vos déchets, rassemblez les seringues et scalpels contaminés dans un endroit sûr et hors de la portée des enfants.

Déposer ses déchets auprès des points de collecte

Les déchets médicaux ne se limitent pas uniquement aux DASRI. Tous les professionnels de la santé et les patients en traitement disposent également d’autres déchets. Il s’agit des gants souillés, des cotons imbibés d’alcool ou de Bétadine, des poches de sang vides et de tous les accessoires de soins jetables non perforants.

Classez les déchets de soins qui ne contiennent pas d’aiguilles et de lames dans un sac-poubelle spécifique. Essayez de ne pas confondre l’emballage avec les autres ordures. Vous devez confier les déchets aux professionnels de la collecte des déchets médicaux ou les rapporter auprès des établissements de soins. Certaines personnes peuvent essayer de récupérer les gants, les masques chirurgicaux et aussi les restes des sparadraps ou autres articles solides.

Signalez l’enseigne de collecte des déchets de soins si les matériels usés ont été utilisés sur des personnes qui souffrent de maladie infectieuse. À la fin de votre traitement, rassemblez dans une seule boîte les restes de pilules, des sirops et des ampoules. Il en est de même pour les produits pharmaceutiques inutilisés. Rapportez ensuite le contenant à une pharmacie ou un centre de soin le plus proche de vous. Autrement, demandez au responsable de la collecte des déchets médicaux s’ils prennent en charge la destruction de vos médicaments.

Stocker ses déchets de soins

Dès que vous commencez à suivre un auto-traitement chez vous, vous avez intérêt à penser à vos déchets de soins. Il en est de même si vous allez subir une hospitalisation à domicile.

Depuis le mois de novembre 2011, des mini-collecteurs sont disponibles gratuitement auprès des pharmacies sous présentation d’une ordonnance médicale. Il s’agit d’un contenant jaune avec un couvercle vert destiné pour accueillir les matériels piquants. Il convient d’attendre que la boîte soit pleine avant de faire appel à un collecteur ou de la remettre à un point de collecte. Ce petit container jaune est à remplir pendant un délai de 3 mois. Vous aurez ensuite à le fermer définitivement. Vous aurez tout de même besoin d’un emballage pour les autres déchets : cotons, compresses, bandelettes urinaires, gants, masques chirurgicaux, etc.

Si vous envisagez de monter une clinique ou un cabinet médical privé, investissez pour des contenants de déchets médicaux conformes aux normes européennes. Vous aurez à établir un contrat avec un professionnel de la collecte et traitement des ordures de soins pour une récupération régulière de vos bacs.